capuchat: La Rose des Neiges - Chapitre 7

La Rose des Neiges - Chapitre 7

14 mars 2018 à 10:20pm

Chapitre 7: Le Coeur de la Forêt


 


Ainsi Agneau porta Rose, volant à une vitesse vertigineuses parmi les sapins et les chênes. Cela dura un long moment, car la forêt était très dense. Plus ils s'engouffraient dans ses profondeurs, plus Rose se disait que jamais elle n'aurait pu traverser seule pareil dédale, et elle fut bien contente d'avoir croisé le chemin de son gentil guide.


- Tu peux dormir si tu le souhaites, je te retiendrai.


- Merci Agneau.


Et rose s'endormit, le visage blotti contre la douce fourrure de son gardien, comme si elle voyageait ballottée sur un nuage de coton. Elle se sentait en sécurité avec Agneau.


Dans son sommeil, elle fit un rêve étrange. Elle rêva du jardin de cristal, où elle même était une petite fée aux ailes d'argent. Elle voletait dans une forêt luxuriante et lumineuse, pleine de fleurs et de conifères. Il y avait des lutins, beaucoup de lutins, comme Chapodru, mais portant des chapeaux faits de feuilles vertes et de pissenlits. Ils confectionnaient ensemble de petites robes à partir de lys et de tulipes multicolores, brodées et feuilles d'émeraude et de boutons d'or. Puis la forêt devint soudainement très obscure et pas un rayon de soleil ne parvint à percer le feuillage épais. Il faisait tellement froid que la plupart des habitants gelaient sur place. Loup était venu ; et partout où il allait, partout se déversait sa tristesse. Puis il se mit à la traquer, car c'était la seule fée encore en vie, et cela le rendait furieux. Il la traquait jusque dans les recoins les plus reculés, si bien qu'elle devait se cacher à l'intérieur des troncs et des souches mortes, ou même dans la neige. Qu'importe l'endroit où elle fuyait, il la retrouvait, toujours. A force de fuir, elle finit par ne plus avoir aucune force et se retrouva nez à nez avec Loup. Son visage affichait de nouveau cette expression malveillante qu'elle avait déjà pu observer. Il bondit, la gueule grande ouverte en direction de Rose et...


- Nous sommes arrivés, Rose.


Agneau déposa délicatement la petite fille sur la neige. Il n'avait pas l'air fatigué du long voyage, toujours aux aguets, en train de scruter l'ombre des fourrées à l'affût du moindre bruissement. Était-ce Loup qu'il cherchait des yeux ? Ou y avait-il d'autres créatures maléfiques recluses au sein de ces bois ?


Rose émergea de son sommeil, doucement.


- Oh... Je faisais un rêve étrange... J'étais une fée et il y avait Loup. Il voulait nous dévorer et...


- La forêt a une influence sur les rêves. N'y prête pas trop attention ce n'était probablement qu'un mauvais rêve.


- Oh mais c'était un joli rêve, au début, c'est ensuite que Loup est apparût. Puis tu m'as réveillé...
Où sommes nous ?


- J'ai retrouvé le chemin, je ne sais pas comment je m'en suis rappelé. Nous sommes au Coeur de la Forêt. L'endroit était très beau auparavant, mais les temps changent et il ne reste plus ici qu'un amas de ronces...


- C'est dans cette grotte ?


Rose pointait du doigt une entrée obscure qui s'ouvrait au creux d'une montée rocheuse. Elle était recouverte de ronces écarlates aux épines acérées. Le Coeur de la Forêt... C'était donc cela le plus bel endroit de ces bois ? Rose essaya de s'imaginer un lieu plein de fleurs comme elle en avait vu dans ses rêves, mais l'ombre était trop pesante pour en avoir pareilles visions.


- Oui, nous y sommes. Cela fait tellement longtemps, j'avais oublié cet endroit. Peut-être est-ce grâce à toi, Rose, que les souvenirs me sont revenus. Mais son éclat s'est évanouit. Je ne saurais même me rappeler de sa splendeur d'antan... Je sais juste que ce fut un lieu magnifique. Quelle tristesse... Le Cœur de la Forêt se trouve à l'intérieur de la grotte. Mais dis moi maintenant, que comptes tu faire?


- Tu verras Agneau, c'est comme dans l'histoire du loup et de la grenouille. Je pense que cela marchera, même si... je ne suis sûre de rien.


- Et bien, garde donc tes secrets. Je te fais confiance petite Rose.


Sans un mot, Agneau s'avança vers l'entrée de la grotte.


- Regarde.


De sa main blanche recouverte d'épaisses touffes de poils, il poussa un petit amas de feuilles qui recouvrait la paroi rocheuse, juste à côté de l'entrée. Quelqu'un avait gravé des mots profondément dans la pierre :


Lieu d'Amour,


Lieu de Paix,


Vous voici, voyageur,


Dans les bras de la Forêt.


- Qui donc a pu écrire cela ? Demanda Rose, ravie de voir qu'on lui parlait d'amour. Elle pensa à Timothée, l'espace d'un instant, puis ces songes s'envolèrent aussi vite. Elle toucha le relief des inscriptions du bout des doigts. Elles lui paraissaient froides et lointaines, comme tout le reste d'ailleurs.


- A ton avis ? Suis-moi.


"Qui a bien pu écrire cela?" Pensa Rose tout bas. Mais elle se retint d'en demander davantage à son compagnon.


Agneau passa en premier, évitant gracieusement les ronces, puis il l'aida à en faire de même, prenant gare à ce qu'elle ne se blesse pas.


Ils entrèrent à l'intérieur de la caverne. Il y faisait complètement noir, si bien qu'on ne pouvait pas même distinguer ses propres mains. Rose s'agrippa au bras d'Agneau pour se rassurer. Il était si doux !


Le chemin paraissait interminable.


- Agneau, parle moi encore de Loup et de cette forêt, j'aimerais comprendre... Il est donc si vieux que tu le dis ?


- Aussi vieux que le monde, oui. Cette forêt était bien plus petite à sa naissance. Un être de lumière a un jour déposé une graine qui a germé à cet endroit même. La vie s'y est développée toute seule avec allégresse. Tout y était paisible. Je ne me rappelle pas grand chose de cette époque. A vrai dire j'avais tout oublié jusqu'à aujourd'hui.


- C'est dommage. J'aurais tellement aimé la voir en ces temps là...
Rose tentait d'imaginer un tunnel rempli de fleurs phosphorescentes et de lichen à la parure d'émeraude, mais l'obscurité avait presque instantanément raison de ces belles images.


- Peut-être un jour, mais tant que Loup hantera ces lieux, je crains que ce ne soit qu'un rêve...
Et quand bien même, il faudrait toute une vie pour que la forêt retrouve sa splendeur d'antan.


- Cette caverne serait la tanière parfaite pour Loup. Il fait tellement sombre... Je ne vois même pas tes flèches briller. Chez moi, dans mon village, il y a toujours un feu en train de brûler dans l'âtre afin que nous n'ayons pas peur la nuit. Ma maison me manque terriblement...


- Je comprends Rose. Le monde ici est obscur ; même les lucioles ne sont plus les bienvenues. 
Hélas les ombres font parties de notre univers. Personne n'en connaît la raison, mais sans elles, sans doute n'y aurait-il pas non plus de lumière ni de réconfort à se retrouver au coin du feu. Ceux qui ont crée ce monde, leurs desseins restent encore inconnus. Et je doute qu'ils ne les révèlent de si tôt. J'aime seulement à penser que dans cette éternelle bataille entre l'ombre et la lumière, cette dernière sera la plus forte.


Mais ne te tourmente pas d'avantage avec ses histoires. Garde seulement la lumière au fond de ton cœur. Rien d'autre ne compte. C'est ainsi que l'on mène ses propres batailles, en étant quelqu'un de bien.


Ce discours la fit réfléchir. D'aussi loin qu'elle se souvienne, Rose n'avait jamais fait de mal à personne. Ou alors sans le vouloir vraiment, comme avec ce qui s'était passé avec Luciole. Quelle bêtise ! Avait-elle été quelqu'un de bien jusqu'à présent ? Rose se posait la question.


- Et dis moi Agneau, qui sont ces êtres de lumière dont tu m'as parlé ?


- Ce sont les Anges bien sûr.


- Les Anges ? Comme dans les histoires ?


- En personne oui, mais ils existent bel et bien, et pas seulement dans les histoires. Tu leurs ressemble d'ailleurs, c'est étrange, comme si tu avais toi même été touchée par leur grâce. Tu fais beaucoup de bien à la forêt, Rose.


- Oh... et tu as déjà rencontré un ange ?


- Bien sûr, j'étais présent le jour où l'un d'eux à déposé la graine qui a donné vie à la forêt. Mais je n'en ai pas aperçu depuis bien longtemps.


- Mais... Si se sont eux qui ont créé ce monde comme tu le dis, pourquoi ont-ils aussi donné vie aux ombre ?


- À cela je ne saurais répondre...


Leur marche sous Terre sembla durer une éternité, jusqu'à ce que Rose put discerner une légère lumière au bout du tunnel.


- Nous arrivons.


Tous deux parvinrent à l'entrée une immense caverne souterraine. Quelques champignons luminescents offraient un semblant de lumière bleutée. Au centre de la caverne se trouvait une petite fleure que Rose ne parvenait pas à voir distinctement.


- Quelle tristesse... Lança Agneau à la vue du triste spectacle qui s'offrait à ses yeux. La splendeur d'antan, plus rien.


Il courut jusqu'à la fleur et tomba à genou.


- Plus rien...


Rose s'avança à ses côtés. Il s'y tenait une pauvre rose grisâtre et terne qui penchait maladroitement comme un vieux roseau battu par les pluies et les vents. On aurait dit que ses pétales avaient été faits de neige grisâtre. Mais elle fondait, lentement, au milieu des ronces et des mauvaises herbes.


- Pauvre petite fleure ! S'écria Rose horrifiée.


- La Rose des Neiges... quelle tristesse.


Agneau sanglotait, agenouillée face à cette terrible vision qui perçait son cœur.


- Attends Agneau, c'est comme dans l'histoire du loup et de la grenouille. Une rose a besoin d'eau et d'amour pour garder son éclat.


Elle posa son petit balluchon à terre pour en ressortir un peu de thé à la vanille. Elle prit un peu de neige pour la faire fondre et déposa quelques pétales à l'intérieur pour préparer une infusion. Quelques brindilles lui servirent à faire un semblant de brasier pour faire chauffer sa tisane. Puis elle en versa quelques gouttes au pied de la Rose et déposa un doux baiser sur ses pétales agonisants.


Et puis... rien. Rien ne se passa. La tisane gela sur le sol et s'évanouit. Pas un rayon de lumière n'arriva soudainement, comme cela arrive dans les jolies histoires. Rien.



Partage

Ajouter un commentaire

Veuillez vous connecter pour Ajouter des commentaires dans le blog

Évaluation

Votre note: 0
Total: 0 (0 voix)

Tags

Aucun Tag