capuchat: La Rose des Neiges - Chapitre 6

La Rose des Neiges - Chapitre 6

9 mars 2018 à 10:12am

Chapitre 6: Loup et Agneau


 


La voix était terrifiante et rugueuse:


- Ces pauvres fées sont là depuis une éternité, plongées dans un sommeil éternel, plein de tourments, aussi obscure que la forêt...


- Qui êtes-vous ?


- Qui suis-je ? Oh je n'ose me montrer... Je suis né hideux et je fais peur aux habitants de cette forêt. Cela fait des milliers d'années que je parcours ces bois et que tout le monde me fuit, et tout cela à cause de ma voix rauque et de mon apparence ingrate.


A vrai dire, rien que la voix de la créature terrifiait Rose, qui n'osait bouger d'un pouce.


- Je serais tout de même plus rassurée si je pouvais vous voir.


- Promets moi alors que tu ne t'enfuiras pas.


- Je ne sais pas, nous verrons...


Une forme obscure sortir du buisson. C'était le spectre d'un loup, qui se déplaçait comme un fantôme avec un corps de brume couleur violet. Sa bouche et ses yeux étaient luisante comme deux feux follets bleutés.


- Tu ne t'enfuies donc pas ?


Rose avait pourtant très envie de prendre ses jambes à son coup. Mais entre le loup et l'obscurité totale, elle ne savait que choisir.


- Savez-vous ce qui est arrivé à ces pauvres fées ? Demanda Rose


- Elles se sont endormies quand l'hiver sans fin est arrivé. Cela s'est passé il y a très longtemps, je crois que je venais d'arriver dans cette forêt. Avant le Printemps régnait sur ces contrées, ce petit jardin de fées est tout ce qu'il en reste aujourd'hui ; une nature morte.


- Le Printemps ? Qu'est-ce donc que cela ?


- J'ai oublié... On dit que c'était le temps des fleurs. Personne ne s'en rappelle aujourd'hui.


- Se réveilleront-elles un jour ?


- Probablement pas. Ces fées sont des êtres du Printemps. Elles sont prisonnières de l'hiver à tout jamais, si bien que leurs rêves ne sont que cauchemars et tourment. Il faut que tu les aides Roses.


- Les aider? Mais comment ?


- Tu dois les écraser. Ces pauvres fées ne sortiront jamais de leur sommeil démoniaque. Il n'y a qu'une seule chose qui puisse les délivrer : la mort.


- Mais je ne peux p...


- Rends leur service Rose, tu es leur seul et unique espoir. Personne ici n'a assez de courage pour prendre cette responsabilité. Mais toi Rose, toi tu es plus forte qu'eux. Aide les je t'en prie. Il faut que quelqu'un les délivre de leur terrible sort. Je les entends presque murmurer pour te supplier de les achever.


Rose tendit l'oreille mais n'entendit aucune supplication. Rose avait déjà fait des cauchemars dans sa vie, et elle s'imagina être prisonnière d'un cauchemar éternel. Sans doute préférerait-elle ne pas rêver du tout plutôt que de devoir vivre un cauchemar sans fin. Peut-être que le spectre-loup n'était pas si méchant après tout. Mais les écraser ? C'était tout de même un peu fort.


- Tu es sûr qu'il n'existe pas d'autre moyen ?


- Nous avons tout essayé... et même si le Printemps revenait, il est très peu certain qu'elles aient survécu jusqu'à présent. Il faut que tu les écrase, c'est le seul moyen. Personne d'autre ne le fera, car personne ici n'est assez fort pour le faire. Tu es différente Rose. Elles ne sentiront rien, ne t'en fais pas. Simplement elles seront renvoyées au Royaume des Fées, à l'intérieur de la Terre où elles pourront festoyer de nouveau. Mais cela n'arrivera pas tant qu'elles seront bloquées ici.


Le loup susurrait ces mots à son oreille en tournant lentement autours d'elle tel un serpent.


- Bon...


Rose regarda le jardin de cristal, toujours éclairé des quelques rayons de lune. Il était magnifique. Devait-elle vraiment sacrifier tant de beauté pour ces pauvres fées ? Peut-être était-ce le prix à payer pour leur délivrance...


Rose s'avança tout près d'un pas chancelant, à contre cœur. Un terrible sourire se dessina sur la gueule du loup. Elle leva une jambe, doucement, pour placer sa bottine au dessus du jardin, et... Et soudain, rapide comme l'éclair, un projectile sorti de nulle part vint sifflant se planter juste à côté de son autre bottine.


« ARRÊTE ! » Cria une voix depuis les arbres.


Surprise, Rose perdit son équilibre et tomba en arrière. Le loup émit un horrible grognement et s'évanouit dans l'obscurité tel un nuage de cendre. A côté d'elle se trouvait une flèche, toute bleue, faite de lumière.


- Rose ! Qu'allait-tu faire ?


Un être bondissant et très rapide sauta juste à ses côtés. Il avait les jambes et le corps d'un mouton, mais se tenait droit comme un être humain. Sa main tenait fermement un arc composé de la même lumière que ses flèches, elles mêmes dressées dans un carquois accroché à son dos.


- Je... Je ne sais p...


Et elle fondit en larme, cachant sa tête au creux de ses mains.


- Oh Rose... Qu'allais-tu faire ?


- Je ne sais pas ce qu'il m'a prit. Le loup, il m'a demandé d'écraser ces pauvre fées. Je ne voulais pas mais... je ne sais pas, maintenant qu'il est parti, j'ai l'impression que je n'étais plus moi même. Jamais je n'aurais fait quelque chose d'aussi horrible !


- Loup... cela fait des milliers d'années que je le traque. Il ne s'arrêtera donc jamais...


- Je ne comprends pas. Pourquoi fait-il ça ?


- Personne ne le sait. A vrai dire lui même n'est pas conscient de ses actions. Dans sa méchanceté il croit faire le bien et pense œuvre pour un monde meilleur, un monde à son image, fait d'obscurité. Pour lui, mensonge et traîtrise sont des vertus. C'est lui qui a maudit cette forêt et l'a condamné à l'oubli. Sa malveillance l'a corrompue jusqu'à la moelle.


- Oh mais c'est terrible ! Et d'où vient-il ? Comment se fait-il que tu ne l'ai jamais capturé ?


- Personne ne sait d'où il vient ni même qui il est. Tout ce que je sais c'est que nous n'avons pas vu un seul rayon de soleil depuis qu'il est arrivé. Il a emporté tout ce qu'il y avait de joyeux dans ces bois pour y apporter sa destruction. Ses mots ne sont que mensonge et poison. Il t'a empoisonné toi aussi, par ses paroles qu'il a chuchoté à tes oreilles, te poussant à agir contre la volonté de ton cœur. Il n'y a aucune bienveillance en lui. Comment en est-il arrivé là ? Je ne le sais. Peut-être a-t-il toujours été comme cela. C'est un être très ancien et malveillant. Plusieurs fois j'ai failli le capturer, mais il est trop rapide, même pour moi. Si seulement je trouvais un moyen de l'immobiliser. Une flèche et c'en serait terminé de lui.


Quel personnage affreux ! Pensa Rose. On était bien loin de ce qu'elle avait connue dans son petit village où tout n'était que chaleur et bienveillance. Les Grands Méchants Loups n'étaient donc pas que des monstres de conte de fée, ils existaient bel et bien...


- Je ne comprends pas...


- Il n'y a rien à comprendre Rose, beaucoup de questions resteront toujours sans réponse, en particulier celle de la nature des ombres.


« Etrange » se dit Rose. La créature avait l'air de deviner ses pensées.


Elle n'arrivait pas à saisir tout ce que la créature lui racontait. Ces histoires d'ombre... Cela lui avait semblé tellement lointain jusqu'à présent. Quoiqu'il en soit, elle trouvait la créature charmante et intelligente. Au contraire du loup, celle-ci inspirait naturellement une grande confiance.


- Je m'appelle Agneau. Dit-elle. Je suis le Gardien de la Forêt, et ce depuis des temps immémoriaux. Cet endroit n'a pas toujours été aussi obscur tu sais. Il y avait ici beaucoup de végétations avant, même en hiver ; et aussi des fées, beaucoup de fées. Et voilà tout ce qu'il en reste...


Je sais ce que tu es venue faire ici. Tu cherches à traverser les Bois Perdues. Hélas je ne peux t'accompagner à l'orée de la forêt, je ne sais d'ailleurs si quelqu'un le pourrait maintenant que Luciole est partie. J'ai moi même oublié mon chemin depuis que Loup est arrivé. Je ne cherche qu'à le traquer pour m'en débarrasser, mais en vain. Il est trop malin et trop rapide. S'il disparaissait, la forêt retrouverait enfin la mémoire, et ses habitant aussi...


- Peut-être pourrais-je t'aider Agneau. Cependant je suis pressé, quelqu'un m'attend par delà l'Arc-en-Ciel et je dois m'y rendre au plus vite.


- Timothée. Oui je l'ai aperçu qui passait par là il y quelques temps. Je ne sais pas comment il a pu sortir d'ici, mais ce qui est certain, c'est qu'il l'a fait ; et même Loup n'a pas réussi à l'en empêcher.


- Tu as vu Timothée ? Oh ! Comment va-t-il ?


- Je n'ai pas eu l'occasion de lui parler. Néanmoins il est sorti d'ici indemne. C'est un miracle.


Rose se demanda comment elle pourrait aider Agneau. Ils devaient se débarrasser de Loup. Mais comment ? Dans toutes les histoires que le vieil Isham lui avait raconté, le héros finissait toujours par se débarrasser de la méchante bête. Elle essaya de se remémorer ses histoires afin d'y trouver un indice. Mais ce n'était pas facile de réfléchir alors qu'elle était perdue et loin de son foyer.


- J'ai une idée Agneau. Je pense savoir comment faire fuir Loup.


- Une idée ? Quelle est-elle ?


- Tu m'as dit qu'une seule flèche de ton carquois permettrait de le faire partir, mais il est trop rapide et trop malin. Il suffirait donc de trouver un moyen de l'immobiliser. J'ai peut-être un plan, mais cela risque d'être dangereux.


- Je n'ai pas envie de te mettre en danger Rose. C'est mon combat, à moi seul.


- Si le seul moyen que j'ai de sortir de cette forêt est de nous en débarrasser, alors je n'ai pas vraiment le choix. Et j'aimerais vous aider, toi, et Chapodru... et la forêt. Dis moi, y a-t-il un endroit ici que Loup n'a pas encore détruit ?


- Hormis ce jardin des fées je ne crois pas. Ou peut-être que... maintenant que tu m'en parles, je me souviens de cet endroit : Le Cœur de la Forêt. Oh oui, je l'avais oublié ! C'est l'endroit le plus merveilleux et magique qu'il soit ! Mais cela fait si longtemps...


- Pourrais-tu m'y conduire ?


- Je ne sais pas... Je ne sais plus. Peut-être. Je crois que... oui ? J'ai passé tant d'années à chasser Loup que j'en ai oublié tout le reste. Mais dis moi ce que tu as en tête.


- Tu verras, je pense que cela peut marcher.


- Bon... Accroche toi à mon dos. N'aie pas peur et surtout tiens toi bien.


Agneau plia légèrement ses pattes de mouton afin de laisser Rose s'agripper derrière lui. Et, d'un coup, il se mit à bondir avec la vitesse du vent, d'arbre en arbre, de branche en branche. Rose trouvait cela encore plus amusant encore que le grand toboggan de glace ! Ils filaient comme deux étoiles filantes perçant l'obscurité.


Accroche toi. Dit-il.


 



Partage

Ajouter un commentaire

Veuillez vous connecter pour Ajouter des commentaires dans le blog

Évaluation

Votre note: 0
Total: 5 (1 voix)

Tags

Aucun Tag